Utilisation d'objets magiques
Utilisation d’objets magiques (Cha ; formation nécessaire)
Test de compétence. On peut faire appel à cette compétence pour lire un sort ou activer un objet magique. Elle permet d’utiliser l’objet comme si le personnage possédait les facultés de lanceur de sorts ou une aptitude d’une autre classe ou comme s’il était d’une race ou d’un alignement autres que les siens.
L’aventurier joue un test d’Utilisation d’objets magiques chaque fois qu’il active un objet tel qu’une baguette. S’il tente d’imiter un alignement ou un autre facteur de manière continue, il doit effectuer un test par heure.
Le personnage doit choisir sciemment le facteur qu’il souhaite imiter. Il doit donc être conscient de la nécessité de ce facteur avant d’effectuer ses tests d’Utilisation d’objets magiques. Le DD associé aux différents facteurs est indiqué sur la table ci- dessous.

Tâche
DD
Activer l’objet par chance
25
Déchiffrer un sort écrit
25 + niveau du sort
Imiter une valeur de caractéristique
voir description
Imiter une aptitude de classe
20
Imiter une race
25
Imiter un alignement
30
Utiliser un parchemin
20 + niveau de lanceur de sorts
Utiliser une baguette
20

Activer l’objet par chance. Certains objets magiques sont activés par la pensée, un mot de commande ou des gestes. Le personnage peut s’en servir comme s’il respectait la procédure à suivre, bien qu’il l’ignore. Pour obtenir un résultat, il doit agiter l’objet en tous sens et prononcer les formules magiques qui lui passent par la tête. Il bénéficie d’un bonus de +2 au test de compétence s’il a déjà réussi à activer l’objet au moins une fois.
Si le test d’Utilisation d’objets magiques est raté de 9 points ou moins, rien ne se passe. S’il est raté d’au moins 10 points, un incident se produit. Dans ce cas, l’énergie magique est bien libérée, mais elle n’a pas l’effet que le personnage souhaitait. On détermine le résultat de l’incident, comme dans le cas d’un parchemin ne produisant pas l’effet désiré. Les possibilités par défaut sont que le sort affecte une cible autre que celle choisie par l’aventurier ou que ce dernier reçoive une décharge d’énergie incontrôlée lui infligeant 2d6 points de dégâts. Cet incident vient en plus de celui que l’on risque en lisant un parchemin alors que l’on est d’un niveau de lanceur de sorts inférieur à celui qui a rédigé l’incantation.
Déchiffrer un sort écrit. Cette utilisation de la compétence fonctionne comme l’usage du même nom d’Art de la magie, sauf que le DD est plus élevé de 5 points. Tenter de déchiffrer un sort écrit nécessite 1 minute de concentration.
Imiter une valeur de caractéristique. Pour lancer un sort à partir d’un parchemin, il faut une valeur suffisamment élevée dans une caractéristique spécifique (l’Intelligence pour les sorts de magicien, la Sagesse pour les sorts divins et le Charisme pour les sorts de barde ou d’ensorceleur). La valeur de caractéristique virtuelle du personnage (correspondant à la classe qu’il cherche à reproduire pour lire son parchemin) est égale au résultat de son test de compétence – 15. Si le personnage a déjà une valeur suffisante dans la caractéristique concernée, ce test n’est pas nécessaire.
Imiter un alignement. Certains objets magiques ont des effets positifs ou négatifs en fonction de l’alignement de leur utilisateur. Grâce à cette compétence, le personnage peut s’en servir comme s’il avait l’alignement de son choix.
Imiter une aptitude de classe. Il arrive parfois qu’une aptitude de classe soit nécessaire à l’activation d’un objet. Dans ce cas, le niveau virtuel du personnage dans la classe imitée est égal au résultat de son test de compétence – 20.
À noter que la compétence ne permet pas d’utiliser l’aptitude de classe imitée, mais seulement d’activer l’objet comme si le personnage la possédait.
Si la classe dont l’aventurier imite l’aptitude s’accompagne de restrictions en matière d’alignement, le personnage doit s’assurer que son alignement est bien conforme (dans le cas contraire, il n’a plus qu’à imiter l’alignement qui l’intéresse ; voir ci-dessous).
Imiter une race. Certains objets magiques fonctionnent uniquement (ou mieux) pour les membres d’une race donnée. Dans ce cas, le personnage peut imiter la race de son choix pour bénéficier du plein potentiel de l’objet. Il n’est possible d’imiter qu’une seule race à la fois.
Utiliser un parchemin. Avant qu’un personnage puisse lancer un sort depuis un parchemin, il doit l’avoir déchiffré. Pour qu’un personnage puisse lire un parchemin, il faut normalement que le sort concerné fasse partie de la liste autorisée par sa classe. Avec cet aspect de la compétence, le personnage peut se servir de l’objet comme si le sort faisait partie de sa liste. Le DD du test d’Utilisation d’objets magiques est égal à 20 + le niveau de lanceur de sorts du parchemin. De plus, pour lancer un sort depuis un parchemin, il faut posséder une valeur suffisante (10 + niveau du sort) dans la caractéristique primordiale correspondant au sort. Si le personnage ne remplit pas cette condition, il peut l’imiter en effectuant un deuxième test d’Utilisation d’objets magiques (voir au-dessus).
Cet aspect de la compétence permet d’utiliser les autres objets magiques à fin d’incantation.
Utiliser une baguette. Pour qu’un personnage puisse utiliser une baguette, il faut normalement que le sort concerné fasse partie de la liste autorisée par sa classe. Avec cet aspect de la compétence, le personnage peut se servir de l’objet comme si le sort faisait partie de sa liste.
Cet aspect de la compétence permet d’utiliser les autres objets magiques à potentiel magique, comme les bâtons.
Action. Aucune. Les tests d’Utilisation d’objets magiques sont inclus dans l’activation normale de l’objet magique (si une action est nécessaire).
Nouvelles tentatives. Oui, mais si le personnage rate son test de compétence en obtenant un 1 naturel au dé, il ne peut plus tenter d’activer l’objet de toute la journée.
Spécial. Il est impossible de faire 10 avec cette compétence.
Il est impossible d’aider quelqu’un pour un test d’Utilisation d’objets magiques. Seul l’utilisateur de l’objet peut se servir de cette compétence.
Un personnage possédant le don Affinité magique obtient un bonus de +2 sur les tests d’Utilisation d’objets magiques.
Synergie. Un degré de maîtrise de 5 ou plus en Art de la magie confère un bonus de +2 aux tests d’Utilisation d’objets magiques en rapport avec les parchemins.
Un degré de maîtrise de 5 ou plus en Décryptage offre un bonus de +2 aux tests d’Utilisation d’objets magiques en rapport avec les parchemin.
Un degré de maîtrise de 5 ou plus en Utilisation des objets magiques confère un bonus de +2 au test dArt de la magie si l’on se sert de cette compétence pour déchiffrer un sort rédigé sur un parchemin.